Accueil du site > Base Archi > Abbaye Notre-Dame de la Couronne

Abbaye Notre-Dame de la Couronne


Auteur, Architecte ou Maître d'œuvre : sans


catégorie : Bâtiment Religieux
Communes GA : La Couronne
Epoque : Médiévale
Etat : Patrimoine
Genre : Architecture

Au 12e siècle, fondation de l’abbaye Notre-Dame de la Couronne (dès 1118, pose de la première pierre). Les travaux s’effectuent rapidement et le 12 mars 1122, les religieux (de l’ordre régulier de Saint Augustin) s’installent en présence de l’évêque Girard de Blay et du comte d’Angoulême. Dès sa création, l’abbaye connaît un grand succès : une nouvelle église est édifiée à la fin du 12e siècle (choeur et nef : 1171-1194 ; la fin du chantier est ralentie par les guerres, famines,...) : elle est dédicacée en 1201, en présence de l’archevêque de Bordeaux. Les bâtiments conventuels sont aussi renouvelés à la fin du 12e et au début du 13e siècle : cloîtres, dortoir, réfectoire, infirmerie,...

Un mur d’enceinte vient entourer l’abbaye. Pendant le 13e siècle, enrichissement du mobilier, construction de la chapelle Saint-Nicolas et édification du clocher. Pendant la guerre de Cent Ans, les moines sont dispersés, le clocher s’écroule (1450). A la fin du 15e siècle, l’abbaye renaît : une partie de l’église écroulée est remontée, un nouveau logis abbatial est édifié (les travaux sont terminés après 1514).

Les guerres de Religion affectent à nouveau l’abbaye : elle est pillée en 1562, une partie de son mobilier est brûlé. Les bâtiments conventuels sont remis en état dès 1571.

Au début du 17e siècle, l’abbaye, qui ne compte plus que huit religieux, est unie à l’ordre des Jésuites ; elle est placée ensuite sous l’obédience de la congrégation de Sainte-Geneviève en 1644. Au 18e siècle, une dernière campagne de travaux (1750-1778) transforme les bâtiments conventuels.

A la Révolution, l’abbaye devient bien national. Elle est vendue en 1807, sert de carrière et est peu à peu démantelée et morcelée en plusieurs propriétés.

Portfolio


Article précédent : "la Cité" / CIBDI / Brasseries et malteries alsaciennes
Article suivant : Abribus de la Place Bouilleau

Retour en haut de la page | Ville d'Angoulême | Contact | Plan du site | Mode texte | Suivre la vie du site RSS 2.0